Immunorho-Aclav-Baitanet

IMMUNORHO® 300 micro-grammes (1500 UI)

Poudre et solvant pour solution injectable par voie intramusculaire.

CLASSE PHARMACOTHERAPEUTIQUE :

Immunoglobuline anti-D humaine.

INDICATIONS THERAPEUTIQUES :

Prévention de l’allo-immunisation contre le Rh(D) chez les femmes Rh(D) négatif. • Prophylaxie prénatale : – Prophylaxie prénatale planifiée – Prophylaxie prénatale des suites de complications pendant la grossesse, à savoir : avortement/risque d’avortement spontané, grossesse extra-utérine ou môle hydatiforme, mort fœtale intra-utérine, hémorragie transplacentaire secondaire à une hémorragie prénatale, amniocentèse, biopsie chorionique, manœuvres obstétricales telle que version par manœuvre externe, interventions invasives, cordocentèse, traumatisme abdominal brusque ou intervention thérapeutique fœtale. • Prophylaxie postnatale : Accouchement d’un bébé Rh(D) positif (D, Dfaible, Dpartiel). Traitement des sujets Rh(D) négatifs après transfusions incompatibles de sang Rh(D) positif ou d’autres produits contenant des globules rouges, par exemple des concentrés plaquettaires.

CONTRE-INDICATIONS :

Hypersensibilité à la substance active à l’un des excipients. Hypersensibilité aux immunoglobulines humaines.

PRECAUTIONS D’EMPLOI :

Veillez à ce qu’IMMUNORHO® ne soit pas administré dans un vaisseau sanguin en raison du risque de choc anaphylactique. En cas d’utilisation postnatale, ce produit est destiné à une administration maternelle. Il ne doit pas être donné au nouveau-né. Ce produit n’est pas destiné à être utilisé chez les femmes Rh(D) positif ou aux femmes immunisées contre l’antigène Rh(D). Les véritables réactions d’hypersensibilité sont rares, mais des réactions d’allergie aux immunoglobulines anti-D peuvent survenir. IMMUNORHO® contient une faible quantité d’IgA. Bien que l’immunoglobuline anti-D ait été utilisée avec succès pour le traitement d’individus ciblés présentant une déficience en IgA, ceux-ci peuvent développer des anticorps anti-IgA et souffrir de réactions anaphylactiques après administration de plasma dérivé de médicaments contenant de l’IgA. Le médecin doit donc comparer les bénéfices du traitement à l’IMMUNORHO® aux risques potentiels d’hypersensibilité. L’immunoglobuline anti-D peut dans de rares cas provoquer une chute de la pression sanguine accompagnée d’une réaction anaphylactique, et ce même chez les patients ayant toléré le traitement avec immunoglobulines humaines précédemment. En cas de suspicion de réaction allergique ou anaphylactique, il convient d’arrêter immédiatement les injections. En cas de choc anaphylactique, un traitement médical standard doit être mis en place. Les patients ayant reçu une transfusion de sang incompatible puis recevant des doses importantes d’immunoglobulines anti-D doivent être suivis sur le plan clinique et sur le plan des paramètres biologiques en raison des risques de réactions hémolytiques. Lorsque des médicaments sont préparés à partir de sang ou de plasma humain, certaines mesures sont mises en place pour prévenir la transmission d’infections entre patients. Celles-ci comprennent la sélection de donneurs de sang et de plasma en excluant ceux présentant un risque infectieux, et le contrôle de chaque don et lot de plasma pour dépister les virus et les infections. Les fabricants de ces produits incluent également des étapes lors du traitement du sang et du plasma afin d’inactiver et d’éliminer les virus. Malgré ces mesures, en cas d’administration de médicaments dérivés de sang et de plasma humaines, le risque de transmission d’infections ne peut pas être exclu totalement. Cela s’applique également aux virus inconnus ou émergents ainsi qu’aux autres types d’infections. Les mesures prises sont considérées comme effectives pour les virus à enveloppes tels que le VIH, le VHB, le VHC, et le virus sans enveloppe de l’hépatite A (VAH). Ces mesures peuvent avoir un intérêt limité pour ce qui est des virus sans enveloppes tels que le parvovirus B19. Les immunoglobulines n’ont pas été associées à des infections à l’hépatite A ou au parvovirus B19 probablement car les anticorps contre ces infections contenus dans le produit sont protecteurs. Il est fortement recommandé de consigner le nom et le numéro de lot du produit chaque fois que l’on vous administre une dose d’IMMUNORHO® afin de tenir un registre des lots utilisés.

INTERACTIONS :

Utilisation d’IMMUNORHO® avec des vaccins à virus vivants atténués : IMMUNORHO® peut interférer avec le développement d’une réponse immunitaire à des vaccins à virus atténués tels que la rougeole, la rubéole ou les oreillons. L’administration d’immunoglobulines peut réduire l’efficacité de ces vaccins, et ce pour une période de 3 mois au maximum. L’immunisation active par vaccins vivants atténués doit être repoussée de 3 mois après administration d’IMMUNORHO®. L’immunoglobuline anti-D doit être administrée de 3 à 4 semaines après une vaccination par vaccin à virus vivant atténué ; si elle doit être administrée sous 2 à 4 semaines, l’efficacité du vaccin peut être réduite. Examen sérologique : Après injection d’immunoglobulines, la hausse temporaire de divers anticorps transmis passivement dans le sang du patient peut conduire à des faux positifs à l’examen sérologique. La transmission passive d’anticorps contre les antigènes érythrocytaires, par ex. A, B ou D, peut interférer avec certains examens sérologiques de recherche d’anticorps anti-globules rouges (par ex. test de Coombs), notamment chez les nouveaux-nés Rh(D) positif dont les mères ont été traitées dans le cadre d’une prophylaxie prénatale.

MISES EN GARDE PARTICULIERES :

Grossesse et allaitement : Ce médicament est prévu pour être administré pendant la grossesse. Informations importantes relatives à certains excipients d’IMMUNORHO® : Ce produit contient 3,9 ml de sodium par ml ; la quantité de sodium administrée dépend de la dose totale requise. Il convient de prendre cela en considération pour les patients souffrant d’insuffisance rénale ou suivant un régime pauvre en sodium.

POSOLOGIE :

Relativement à la grossesse, à l’accouchement et aux interventions gynécologiques : Prophylaxie postnatale : 1000 – 1500 UI (200 – 300 micro-grammes) constituent la dose standard optimale recommandée sans contrôle préalable visant à déterminer l’étendue de l’hémorragie foeto-maternelle, comme le contrôle de l’infiltration des cellules HbF (hémoglobine fœtale) (test de Kleihauer-Betke). L’injection doit être administrée à la mère dès que possible, en tout cas dans les 72 heures suivant l’accouchement. Prophylaxies prénatale et postnatale : 1000 – 1500 UI (200 – 300 micro-grammes) à la 28ème semaine d’aménorrhée, mais dans certains cas, une prophylaxie plus précoce est justifiée. Une dose supplémentaire de 1000 – 1500 UI (200 – 300 micro-grammes) doit être administrée dans les 72 heures suivant l’accouchement si l’enfant est Rh(D) positif. En cas d’avortement, de grossesse extra-utérine ou de môle hydatiforme : – avant la 12ème semaine d’aménorrhée : 600 – 750 UI (de 120 à 150 micro-grammes) si possible dans les 72 heures suivant l’événement ; – après la 12ème semaine d’aménorrhée : 1250 – 1500 UI (de 250 à 300 micro-grammes) si possible dans les 72 heures suivant l’événement ; – en cas d’amniocentèse ou de biopsie chorionique : 1250 – 1500 UI (de 250 à 300 micro-grammes) si possible dans les 72 heures suivant l’intervention. En cas de transfusion de sang Rh(D) positif incompatible : administrer de 500 à 1250 UI (de 100 à 250 micro-grammes) par 10 ml de sang transfusé pendant plusieurs jours.

MODE D’ADMINISTRATION :

IMMUNORHO® doit être administré par voie intramusculaire. Si un volume important (> 2 ml pour les enfants ou > 5 ml pour les adultes) est nécessaire, il est recommandé d’administrer la dose sur plusieurs sites. Si une administration par voie intramusculaire est contre-indiquée (trouble de la coagulation), l’immunoglobuline anti-D peut être administrée par voie sous-cutanée en l’absence de produit par voie intraveineuse. Après administration, il convient d’exercer une légère pression manuelle à l’aide d’une gaz sur le site d’injection. Notice d’utilisation : IMMUNORHO® ne doit pas être mélangé avec d’autres médicaments. Le produit doit être porté à température ambiante ou à température corporelle avant utilisation. Aspirez le contenu du flacon de solvant à l’aide de la seringue pour injection, injectez le solvant dans le flacon contenant le produit lyophilisé après avoir retiré la protection centrale du bouchon en caoutchouc ; secouez légèrement, aspirez la solution reconstituée à l’aide de la seringue; changez d’aiguille puis effectuez l’injection. Une solubilisation imparfaite conduit à une perte d’efficacité. N’utilisez pas de solutions présentant un trouble ou des dépôts. Les produits reconstitués doivent faire l’objet d’un examen visuel avant administration afin de déceler toute coloration ou particule anormales. Après reconstitution, le produit est d’incolore à jaune pale. Il convient d’utiliser le produit lyophilisé immédiatement après reconstitution à l’aide du solvant. La reconstitution doit être totale en 5 minutes. Solution injectable : Le produit doit être porté à température ambiante ou à température corporelle avant utilisation. La préparation liquide est transparente et incolore ou de jaune pale à marron clair. Une légère turbidité ou des particules en faible quantité peuvent apparaître en cours de conservation. Vissez le piston de la seringue pré-remplie puis effectuez l’injection. N’utilisez pas de solutions présentant un trouble ou des dépôts. Vous devez éliminer les produits non utilisés et les déchets conformément aux réglementations locales.

EFFETS INDESIRABLES :

Comme tous les médicaments, IMMUNORHO® est susceptible d’avoir des effets indésirables, bien que tout le monde n’y soit pas sujet. Les essais cliniques n’ont fourni aucune donnée solide quant à la fréquence des effets indésirables. Les effets indésirables suivants ont été rapportés : Système standard MedDRA Classe d’organe / Effet secondaire : Troubles du système immunitaire / Hypersensibilité, choc anaphylactique; Troubles du système nerveux / Céphalées; Troubles cardiaques / Tachycardie; Troubles vasculaires / Hypotension; Troubles gastro-intestinaux / Nausées, vomissements; Troubles de la peau et des tissus sous-cutanés / Réactions cutanées, érythème, eczéma, prurit; Troubles musculo-squelettiques et du tissu conjonctif / Arthralgie; Troubles généraux et réactions au point d’injection / Fièvre, malaise, frissons. Au point d’injection : enflure, douleur, induration, chaleur, prurit, érythème, eczéma.

DATE DE PEREMPTION ET CONSERVATION :

Poudre et solvant pour solution injectable : A conserver à une température inférieure à 25°C. Ne pas congeler. Conserver le dans le récipient d’origine et dans l’emballage extérieur afin de le protéger de la lumière. S’il est conservé dans son emballage intact comme recommandé, IMUNORHO® présente une date de péremption conforme à celle indiquée sur l’étiquette. ATTENTION : N’utilisez pas le produit après la date de péremption indiquée sur l’emballage. GARDEZ HORS DE LA PORTEE ET DE LA VUE DES ENFANTS : N’utilisez pas IMMUNORHO® après la date de péremption indiquée sur l’étiquette. La date de péremption correspond au dernier jour du mois en question. Les médicaments ne doivent pas être jetés au tout à l’égout ou avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien ce qu’il faut faire des médicaments dont vous n’avez plus besoin. Ces mesures aident à la protection de l’environnement.

COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE :

Substance active : immunoglobuline anti-D humaine. IMMUNORHO® 300 micro-grammes (Flacon de poudre et flacon de solvant) : Protéine humaine : 25 – 180 g; Pourcentage minimal d’IgG : 90% ; Quantité minimale d’anticorps contre l’antigène D : 750 UI. Distribution des sous-classes IgG : IgG1 66.0%; IgG2 30.0%; IgG3 2.5%; IgG4 1.5%; La quantité maximale d’IgA est de 0,3 mg/ml. Excipients : Poudre et solvant pour solution injectable par voie intramusculaire : Glycine, chlorure de sodium. Flacon de solvant : eau injectable. Solution pour injection dans une seringue pré-remplie : Glycine, Chlorure de sodium, Eau injectable.

FORME PHARMACEUTIQUE :

Poudre et solvant pour solution injectable par voie intramusculaire : Cette préparation lyophilisée se présente sous la forme d’une poudre hygroscopique blanche ou légèrement jaune, ou sous forme de masse solide friable. flacon de 2 ml 300 micro-grammes (1500 UI). Solution injectable : La préparation liquide est transparente et incolore ou de jaune pale à marron clair. Une légère turbidité ou des particules en faible quantité peuvent apparaître en cours de conservation.2 ml de solution 300 micro-grammes (1500 UI) dans une seringue pré-remplie. Ne pas laisser à la portée des enfants. Liste I.


 

ACLAV®

Amoxicilline + acide clavulanique

COMPOSITION ET PRESENTATIONS

ACLAV® 1g /125mg sachet : Amoxicilline trihydratée exprimée en amoxicilline…1g. Clavulanate de potassium exprimé en acide clavulanique…125mg.
Excipients q.s.p…1 sachet, boîte de 12, 14, 16 et 24 sachets.

ACLAV® 500mg/62,5mg sachet : Amoxicilline trihydratée exprimée en amoxicilline…500mg. Clavulanate de potassium exprimé en acide clavulanique…62,5mg.
Excipients q.s.p…1 sachet, boîte de 12, 16 et 24 sachets.

ACLAV® 100mg /12,5 mg/ml : Amoxicilline trihydratée exprimée en amoxicilline… 100mg. Clavulanate de potassium exprimé en acide clavulanique…12,5mg.
Excipients q.s.p…1 ml, boîte d’un  flacon de 30ml et boîte d’un flacon de 60 ml.

ACLAV® 2g/200mg poudre pour préparation injectable: Amoxicilline sodique exprimée en amoxicilline…2g. Clavulanate de potassium exprimé en acide clavulanique…200mg.
Excipients q.s.p…un flacon, boite d’un flacon de poudre.

ACLAV®  1g/200mg poudre pour préparation injectable : Amoxicilline sodique exprimée en amoxicilline…1g. Clavulanate de potassium exprimé en acide clavulanique…200mg.
Excipients q.s.p…un flacon, boite de un flacon de poudre.

Aclav ® 1g/100mg poudre pour préparation injectable : Amoxicilline sodique exprimée en amoxicilline…1g. Clavulanate de potassium exprimé en acide clavulanique…100mg.
Excipients q.s.p…un flacon, boite de un flacon de poudre.

ACLAV®  500mg/50mg poudre pour préparation injectable : Amoxicilline sodique exprimée en amoxicilline…500mg. Clavulanate de potassium exprimé en acide clavulanique…50mg.
Excipients q.s.p…un flacon, boite de un flacon de poudre.

PROPRIETES

Antibiotiques antibactériens de la famille des bêtalactamines, du groupe des aminopénicillines. ACLAV® est une formulation associant l’amoxicilline et l’acide clavulanique puissant inhibiteur de bêtalactamases.

INDICATIONS

Elles sont limitées aux infections dues aux germes reconnus sensibles. ACLAV® (sachet et suspension buvable)  est indiqué dans le traitement des infections suivantes: otites moyennes aiguës, otites récidivantes, sinusites maxillaires aiguës et autres formes de sinusites, angines récidivantes, amygdalites chroniques, surinfections de bronchites aiguës du patient à risque, exacerbations de broncho-pneumopathies chroniques, pneumopathies aiguës du patient à risque, cystites aiguës récidivantes, cystites non compliquées de la femme et pyélonéphrites aiguës non compliquées dues à des germes sensibles,  infections gynécologiques hautes en association à un autre antibiotique actif sur les chlamydiae, parodontites, infections respiratoires basses chez le nourrisson et l’enfant de moins de 5 ans, infections urinaires chez le nourrisson, infections stomatologiques sévères: abcès, phlegmons, cellulites, traitement de relais de la voie injectable. ACLAV® injectable est indiqué  chez l’enfant et l’adulte dans le traitement des infections suivantes: infections respiratoires basses, ORL, infections  gynécologiques, infections digestives et intra-abdominales, en particulier péritonites, infections  rénales et urogénitales, infections septicémiques et endocardiques, infections cutanées et des tissus mous, infections ostéo-articulaires à l’exclusion des méningites. ACLAV® injectable est indiqué chez l’adulte en prophylaxie des infections postopératoires lors de : gastrostomies endoscopiques percutanées, cholécystectomies, chirurgie digestive sous-mésocolique, chirurgie carcinologique ORL avec ouverture de tractus oropharyngé.

CONTRE-INDICATIONS

• Allergie aux antibiotiques du groupe des bêtalactamines (pénicillines, céphalosporines). • Mononucléose infectieuse. • Antécédent d’atteinte hépatique liée à l’association amoxicilline-acide clavulanique. • En cas de phénylcétonurie  en raison de la présence de l’aspartam (ACLAV® sachet et  ACLAV® poudre pour suspension buvable).

MISES EN GARDE ET PRECAUTIONS D’EMPLOI

La survenue de toute manifestation allergique impose l’arrêt du traitement et la mise en place d’un traitement adapté. Des réactions d’hypersensibilité sévères et parfois fatales ont été exceptionnellement observées chez les malades traités par les bêtalactamines. Les pénicillines peuvent réduire l’excrétion de méthotrexate. L’utilisation concomitante d’allopurinol pendant le traitement par amoxicilline peut augmenter la probabilité de survenue de réactions cutanées allergiques. L’association amoxicilline/acide clavulanique doit être utilisée avec prudence chez les patients présentant des signes d’insuffisance hépatique.  En cas de survenue de colite associée aux antibiotiques, l’association amoxicilline/acide clavulanique doit immédiatement être arrêtée. Chez l’insuffisant rénal, pour une clairance de créatinine  inférieure à 30 ml/min, adapter la posologie. Utiliser ce médicament avec précaution en cas d’insuffisance rénale ou d’atteinte hépatique. Tenir compte de la teneur en potassium et en sodium dans la ration journalière et en cas d’insuffisance rénale.

 GROSSESSE / ALLAITEMENT

Grossesse : l’utilisation de l’association amoxicilline-acide clavulanique ne doit être envisagée au cours de la grossesse que si nécessaire. Allaitement: l’allaitement est possible en cas de prise de cet antibiotique. Toutefois, interrompre l’allaitement (ou le médicament) en cas de survenue de diarrhée, de candidose, ou d’éruption cutanée chez le nourrisson.

POSOLOGIE

ACLAV® sachet et  ACLAV® poudre pour suspension buvable : les posologies sont exprimées en amoxicilline. Adulte normorénal (poids ≥ 40 kg): 2 à 3g/jour en 2 à 3 prises. Adulte insuffisant rénal (poids ≥ 40 kg) : le schéma posologique dépend de la clairance de la créatinine: supérieure à 30 ml/min, pas d’adaptation nécessaire; entre 10 et 30 ml/min, 1g/125mg toutes les 12 à 24h; inférieure à 10 ml/min pour les patients traités ou non par hémodialyse, les conditions d’utilisation n’ont pas été établies. Chez les patients âgés: pas d’adaptation posologique sauf si la clairance de la créatinine est ≤ 30 ml/min (même posologie que chez l’insuffisant rénal). Enfant, utilisé les formes pédiatriques ACLAV® suspension buvable 100 mg/12.5 mg/ml et 500 mg/62,5 mg. Enfant normorénal : la posologie usuelle est de 80 mg/kg/jour en trois prises sans dépasser la posologie de 3 g par jour. Enfant insuffisant rénal (plus de 30 mois) : le schéma posologique dépend de la clairance de la créatinine : supérieure à 30 ml/min, pas d’adaptation nécessaire ; entre 10 et 30 ml/min, 15 mg/kg/prise au maximum 2 fois par jour; inférieur à 10 ml/min, 15 mg/kg/jour au maximum. Hémodialyse : 15 mg/kg/jour et 15mg/kg supplémentaire pendant et après la dialyse. Nourrisson normorénal (moins de 30 mois) : ACLAV® 100mg/12,5mg/ml nourrisson : 80 mg/kg/jour en 3 prises. ACLAV®  injectable : Adulte : - Sujet à fonction rénale normale : – En moyenne : 1g  2 à 4 fois par jour en IV directe très lente ou en perfusion rapide. – Dans les septicémies et les infections sévères, la posologie peut être portée à 6 g/j et voire 12 g/j sans jamais dépasser pour l’adulte : 200mg d’acide clavulanique par injection et 1200 mg d’acide clavulanique par jour. – Prophylaxie des infections postopératoires en chirurgie : une dose unique  de 2 g/200mg (ou 1g/200mg + 1g d’amoxicilline) à l’induction de l’anesthésie suivie d’une nouvelle dose d’1g/200mg si l’intervention dure plus de 4 heures. – Chez l’insuffisant rénal : Adapter la posologie en fonction de la clairance de la créatinine. - Hémodialyse : dose initiale 1g puis 500mg/j avec une dose supplémentaire de 500mg après la dialyse. Enfant – nourrisson – nouveau-né : - Sujet à fonction rénale normale : Enfant-nourrisson à partir de 3 mois : – 100mg/kg/jour en 4 administrations en IV directe très lente ou en perfusion. – Dans les infections sévères 200mg/kg/jour en 4 perfusions. - Nouveau-né plus de 8 jours et nourrisson jusqu’à 3 mois : – 100mg à 150mg/kg/jour en 3 perfusions. - Prématuré et nouveau-né de moins de 8 jours : – 100mg/kg/jour en 2 perfusions. - Chez l’insuffisant rénal : adapter la posologie en fonction de la clairance de la créatinine. - Hémodialyse : 25mg/kg/jour avec une dose supplémentaire de 12,5mg/kg à la fin de la dialyse suivie de 25mg/kg/jour.

MODE D’ADMINISTRATION

Voie orale : Prendre le médicament de préférence au début des repas. ACLAV® sachet: diluer le contenu du sachet dans un verre d’eau et agiter avant de le boire. ACLAV® suspension : après reconstitution, après agitation avant chaque utilisation, l’administration se fait avec la pipette graduée en kg par voie orale.

Voie injectable : les posologies d’ACLAV®  injectable sont exprimées en Amoxicilline.

MODE D’ADMINISTRATION

Réservé à la voie veineuse. Ne pas utiliser par voie intramusculaire ou par voie locale.

EFFETS INDESIRABLES

• Manifestations digestives : nausées, vomissements, possibilité de surinfections digestives à candida, diarrhée, selles molles, dyspepsie (digestion difficile) douleurs abdominales. Quelques cas de colite pseudomembraneuse ont été rapportés. • Eruptions cutanées et maculopapuleuses d’origine allergique. • Manifestations allergiques: urticaire, éosinophilie, Oedème de Quincke, gêne respiratoire, exceptionnellement choc anaphylactique. • D’autres manifestations ont plus rarement été rapportées: • des cas d’hépatite avec le plus souvent une jaunisse qui peut survenir pendant ou après l’arrêt du traitement. • Augmentation modérée et asymptomatique des ASAT, ALAT ou phosphatases alcalines. • Néphrite interstitielle aiguë. • Leucopénie, thrombopénie et anémie réversible. • En raison de la présence de potassium, possibilité de phlébite ou de douleurs au point d’injection (ACLAV® injectable).

CONSERVATION

Ne pas laisser à la portée des enfants.

Sachets : à conserver à l’abri de l’humidité et à une température ne dépassant pas 25°C.

Poudre pour suspension buvable : Avant reconstitution, conserver à une température inférieure à 25°C et à l’abri de l’humidité. Après reconstitution et après chaque utilisation, conserver au réfrigerateur (entre +2°C et +8°C). Ne pas conserver la suspension reconstituée plus de 7 jours. Respecter les consignes de conservation.

Poudre pour préparation injectable : à conserver à l’abri de la chaleur.

 


Baitanet®‭ ‬D‭

Polyvidone iodée‭

Composition‭ :

‬Polyvidone iodée‭ …‬ 10,00‭ ‬g.
Excipients à pH5‭  ‬q.s.p‭…… 100‭ ‬ml‭.

‬Propriétés‭ :

‬Bactéricide‭ – ‬Antifongique‭.

‬Indications‭ :

‬Antisepsie‭ :
•‭ ‬Antisepsie de la peau saine avant acte chirurgical‭;
‬•‭ ‬antisepsie du champ opératoire‭;
‬•‭ ‬antisepsie des zones de ponctions‭, ‬d’injections et de transfusions‭.

– ‬Traitement d’appoint‭ : ‬Affections dermatologiques ‭:
•‭ ‬dermatophyties de la peau glabre‭, ‬intertrigos à dermatophytes et teignes du cuir chevelu‭;
‬•‭ ‬candidoses cutanées‭.

– ‬Désinfection‭ : ‬Avant stérilisation du petit matériel médico-chirurgical‭.

Contre-Indications‭ :

– ‬Antécédents d’intolérance à l’iode‭; – ‬Ne pas utiliser en même temps que Baitanet D‭, ‬des savons‭,  ‬solutions ou pommades contenant les dérivés mercuriels‭.

Précautions d’emploi‭ :

‬Ne pas utiliser chez le nouveau-né et le nourrisson‭ (‬moins de 30‭ ‬mois‭) ‬sans avis médical‭.

Mode d’emploi et posologie‭ :

– ‬Pure en badigeonnage sur la peau‭ ;
– ‬Diluée au 1/10‭ ‬avec l’eau pour les lavages des plaies‭ ;
– ‬Diluée au 2/100‭ ‬avec le sérum physiologique pour l’irrigation des plaies‭.
Conserver à l’abri de la chaleur‭. ‬Baitanet®‭ ‬D peut être enlevée de la peau par simple lavage à l’eau‭.

Contenance‭ : ‬120‭, ‬550‭ ‬ml et 5‭ ‬L‭.‬


 Baitanet®‭ G‭

Polyvidone iodée‭

Composition‭ :

‬Polyvidone iodée ‭… ‬10,00‭ ‬g.
Excipients à pH2‭  ‬q.s.p ‭……‬ 100ml‭.

Propriétés‭ :

– Bactéricide‭
– ‬Antifongique‭. ‬

Indications‭ :

Antisepsie gynécologique‭ : ‬Vulvovaginite‭, ‬toilette vulvaire et périnéale‭, ‬préparation à l’accouchement‭.
– ‬Leucorrhées‭, ‬vaginites‭, ‬cervicites‭.

Contre-Indications‭ :

– ‬Antécédents d’intolérance à l’iode‭; – ‬Ne pas utiliser en même temps que Baitanet®‭ ‬G‭, ‬des savons‭, ‬solutions ou pommades contenant les dérivés mercuriels‭.

Précautions d’emploi‭ :

‬Ne pas utiliser chez le nouveau-né et le nourrisson‭ (‬moins de 30‭ ‬mois‭) ‬sans avis médical‭.

Mode d’emploi et posologie‭ :

‬Badigeonnage interne ou externe avec la solution pure‭. ‬Injection vaginale d’une solution contenant 2‭ ‬cuillerées à soupe de Baitanet‮ ‬G par litre d’eau tiède‭.

‬Conserver à l’abri de la chaleur‭. ‬Baitanet®‭ ‬G peut être enlevée de la peau par simple lavage à l’eau‭.

Contenance‭ : ‬120‭, ‬550‭ ‬ml et 5‭ ‬L‭.‬

 

Pour toute information complémentaire‭, ‬veuillez consulter le Résumé des Caractéristiques du Produit‭.‬