FLUPHENAZINE

FLUPHENAZINE  DECANOATE  Pharma 5®

Décanoate de fluphénazine

 

FORME PHARMACEUTIQUE ET PRESENTATION :

FLUPHENAZINE DECANOATE PHARMA 5® 25 mg/ml, solution injectable I.M en ampoule de 1ml, boite de 3 et boite de 30 ampoules.

COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE :

Substance active :Décanoate de fluphénazine

Décanoate de fluphénazine………………………. 25 mg

Excipients q.s.p …………………………………..1 ml

Excipient à effet notoire : Huile de sésame.

 

CLASSE PHARMACOTHERAPEUTIQUE :

Antipsychotique neuroleptique.

Phénothiazine de structure pipérazinique.

 

INDICATIONS THERAPEUTIQUES :

Traitement au long cours des états psychotiques chroniques (schizophrénies, délires chroniques non schizophréniques : délires paranoïaques, psychoses hallucinatoires chroniques).

 

CONTRE-INDICATIONS :

Ce médicament est CONTRE-INDIQUE dans les cas suivants :

• Hypersensibilité à l’un des composants, et notamment à la fluphénazine

• Risque de glaucome par fermeture de l’angle

• Risque de rétention urinaire lié à des troubles urétro-prostatiques

• Antécédent d’agranulocytose

• En association avec les dopaminergiques hors Parkinson (cabergoline, quinagolide), la dompéridone, l’hydroxyzine, la pipéraquine, le citalopram et l’escitalopram.

 

MISES EN GARDE ET PRECAUTION D’EMPLOI :

 

Mises en garde spéciales

Tout patient doit être informé que l’apparition de fièvre, d’angine ou d’une autre infection impose d’avertir tout de suite le médecin traitant et de contrôler immédiatement l’hémogramme. En cas de modification franche de ce dernier (hyperleucocytose, granulopénie), l’administration de ce traitement sera interrompue.

Syndrome malin des neuroleptiques: en cas d’hyperthermie inexpliquée, il est impératif de suspendre le traitement, car ce signe peut être l’un des éléments du syndrome malin décrit avec les neuroleptiques (pâleur, hyperthermie, troubles végétatifs, altération de la conscience, rigidité musculaire).

Les signes de dysfonctionnement végétatif, tels que sudation et instabilité artérielle, peuvent précéder l’apparition de l’hyperthermie et constituer, par conséquent, des signes d’appels précoces. Bien que cet effet des neuroleptiques puisse avoir une origine idiosynchrasique, certains facteurs de risque semblent y prédisposer, tels que la déshydratation ou des atteintes organiques cérébrales.

Allongement de l’intervalle QT : les neuroleptiques de la classe des phénothiazines prolongent de façon dose-dépendante l’intervalle QT. Cet effet connu pour potentialiser le risque de survenue de troubles du rythme ventriculaire graves, notamment à type de torsades de pointe, est majoré par l’existence d’une bradycardie, d’une hypokaliémie, d’un QT long congénital ou acquis (association à un médicament augmentant l’intervalle QT) .Il convient donc lorsque la situation clinique le permet, de s’assurer avant toute administration, de l’absence de facteurs pouvant favoriser la survenue de ce trouble du rythme :

  • bradycardie inférieure à 55 battements par minute,
  • hypokaliémie,
  • allongement congénital de l’intervalle QT,
  • traitement en cours par un médicament susceptible d’entraîner une bradycardie marquée (< 55 battements par minute), une hypokaliémie, un ralentissement de la conduction intracardiaque, un allongement de l’intervalle QT.

Hormis les situations d’urgence, il est recommandé d’effectuer un ECG dans le bilan initial des patients devant être traités par un neuroleptique.

Accident vasculaire cérébral : dans des études cliniques randomisées versus placebo réalisées chez des patients âgés atteints de démence et traités avec certains antipsychotiques atypiques, il a été observé un risque plus élevé d’accident vasculaire cérébral comparé au placebo. Le mécanisme d’une telle augmentation de risque n’est pas connu. Une élévation du risque avec d’autres antipsychotiques ou chez d’autres populations de patients ne peut être exclue. Ce médicament doit être utilisé avec prudence chez les patients présentant des facteurs de risque d’accident vasculaire cérébral.

Patients âgés déments : le risque de mortalité est augmenté chez les patients âgés atteints de psychose associée à une démence et traités par antipsychotiques.

Les analyses de 17 études contrôlées versus placebo (durée moyenne de 10 semaines), réalisées chez des patients prenant majoritairement des antipsychotiques atypiques, ont mis en évidence un risque de mortalité 1,6 à 1,7 fois plus élevé chez les patients traités par ces médicaments comparativement au placebo.

A la fin du traitement d’une durée moyenne de 10 semaines, le risque de mortalité a été de 4,5 % dans le groupe de patients traités comparé à 2,6 % dans le groupe placebo.

Bien que les causes de décès dans les essais cliniques avec les antipsychotiques atypiques aient été variées, la plupart de ces décès semblait être soit d’origine cardiovasculaire (par exemple insuffisance cardiaque, mort subite) soit d’origine infectieuse (par exemple pneumonie).

Des études épidémiologiques suggèrent que, comme avec les antipsychotiques atypiques, le traitement avec les antipsychotiques classiques peut augmenter la mortalité.

La part respective de l’antipsychotique et des caractéristiques des patients dans l’augmentation de la mortalité dans les études épidémiologiques n’est pas claire.

Thromboembolie veineuse : des cas de thromboembolies veineuses (TEV) ont été rapportés avec les antipsychotiques. Les patients traités par des antipsychotiques présentant souvent des facteurs de risque acquis de TEV, tout facteur de risque potentiel de TEV doit être identifié avant et pendant le traitement par FLUPHENAZINE DECANOATE PHARMA 5® et des mesures préventives doivent être mises en œuvre

En dehors de situations exceptionnelles, ce médicament ne doit pas être utilisé en cas de maladie de Parkinson.

La survenue d’un iléus paralytique, pouvant être révélé par une distension et des douleurs abdominales, impose une prise en charge en urgence.

La prise de ce médicament est déconseillée en association avec l’alcool, la lévodopa, le lithium, les antiparkinsoniens dopaminergiques, les antiparasitaires susceptibles de donner des torsades de pointe, la méthadone, d’autres neuroleptiques et médicaments susceptibles de donner des torsades de pointe.

Ce médicament contient de l’huile de sésame et peut induire des réactions allergiques sévères.

Précautions d’emploi

Il est recommandé de débuter le traitement par FLUPHENAZINE DECANOATE PHARMA 5® en milieu hospitalier avec des doses faibles et de ne poursuivre le traitement ambulatoire que sous surveillance médicale stricte.

La surveillance du traitement par fluphénazine doit être renforcée:

• chez les épileptiques en raison de la possibilité d’abaissement du seuil épileptogène; la survenue de crises convulsives impose l’arrêt du traitement

• chez le sujet âgé présentant:

– une plus grande sensibilité à l’hypotension orthostatique, à la sédation et aux effets extrapyramidaux

– une constipation chronique (risque d’iléus paralytique)

– une éventuelle hypertrophie prostatique.

• chez les sujets porteurs de certaines affections cardiovasculaires, en raison de effets quinidiniques, tachycardisants et hypotenseurs de cette classe de produits

• en cas d’insuffisances hépatique et/ou rénale sévères, en raison du risque d’accumulation.

Des cas d’hyperglycémie ou d’intolérance au glucose et la survenue ou l’exacerbation d’un diabète ont été rapportés chez des patients traités par des phénothiazines.

Les patients traités par antipsychotiques, incluant FLUPHENAZINE DECANOATE PHARMA 5®, doivent faire l’objet d’une surveillance clinique et biologique conforme aux recommandations en vigueur. Il est recommandé de porter une attention particulière aux patients diabétiques ou ayant des facteurs de risque de diabète.

 

INTERACTIONS AVEC D’AUTRES MEDICAMENTS ET AUTRES FORMES D’INTERACTIONS :

Médicaments abaissant le seuil épileptogène

L’utilisation conjointe de médicaments proconvulsivants, ou abaissant le seuil épileptogène, devra être soigneusement pesée, en raison de la sévérité du risque encouru. Ces médicaments sont représentés notamment par la plupart des antidépresseurs (imipraminiques, inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine), les neuroleptiques (phénothiazines et butyrophénones), la méfloquine, la chloroquine, le bupropion, le tramadol.

Médicaments atropiniques

Il faut prendre en compte le fait que les substances atropiniques peuvent additionner leurs effets indésirables et entraîner plus facilement une rétention urinaire, une poussée aiguë de glaucome, une constipation, une sécheresse de la bouche, etc…

Les divers médicaments atropiniques sont représentés par les antidépresseurs imipraminiques, la plupart des antihistaminiques H1 atropiniques, les antiparkinsoniens anticholinergiques, les antispasmodiques atropiniques, le disopyramide, les neuroleptiques phénothiaziniques ainsi que la clozapine.

Médicaments sédatifs

Il faut prendre en compte le fait que de nombreux médicaments ou substances peuvent additionner leurs effets dépresseurs du système nerveux central et contribuer à diminuer la vigilance. Il s’agit des dérivés morphiniques (analgésiques, antitussifs et traitements de substitution), des neuroleptiques, des barbituriques, des benzodiazépines, des anxiolytiques autres que les benzodiazépines (par exemple, le méprobamate), des hypnotiques, des antidépresseurs sédatifs (amitriptyline, doxépine, miansérine, mirtazapine, trimipramine), des antihistaminiques H1 sédatifs, des antihypertenseurs centraux, du baclofène et du thalidomide.

Médicaments susceptibles de donner des torsades de pointes

Ce trouble du rythme cardiaque grave peut être provoqué par un certain nombre de médicaments, antiarythmiques ou non. L’hypokaliémie est un facteur favorisant, de même que la bradycardie ou un allongement préexistant de l’intervalle QT, congénital ou acquis.

Les médicaments à l’origine de cet effet indésirable sont notamment les antiarythmiques de classe Ia et III, et certains neuroleptiques. D’autres molécules n’appartenant pas à ces classes sont également en cause.

Pour le dolasétron, l’érythromycine, la spiramycine et la vincamine, seules les formes administrées par voie intraveineuse sont concernées par cette interaction.

L’utilisation d’un médicament torsadogène avec un autre médicament torsadogène est contre-indiquée en règle générale.

Toutefois certains d’entre eux, en raison de leur caractère incontournable, font exception à la règle, en étant seulement déconseillés avec les autres torsadogènes. Il s’agit de la méthadone, des antiparasitaires (chloroquine, halofantrine, luméfantrine, pentamidine) et des neuroleptiques.

Cependant, le citalopram, l’escitalopram, la dompéridone, l’hydroxyzine et la pipéraquine ne suivent pas cet assouplissement, et sont contre-indiqués avec tous les torsadogènes.

Médicament à l’origine d’une hypotension orthostatique

Outre les antihypertenseurs, de nombreux médicaments peuvent entraîner une hypotension orthostatique. C’est le cas notamment des dérivés nitrés, des inhibiteurs de la phosphodiestérase de type 5, des alpha-bloquants à visée urologique, des antidépresseurs imipraminiques et des neuroleptiques phénothiaziniques, des agonistes dopaminergiques et de la lévodopa. Leur utilisation conjointe risque donc de majorer la fréquence et l’intensité de cet effet indésirable. Se reporter aux interactions propres à chaque classe, avec les niveaux de contrainte correspondants.

Associations contre-indiquées :

Dopaminergiques hors Parkinson (cabergoline, quinagolide) :

Antagonisme réciproque de l’agoniste dopaminergique et des neuroleptiques.

Dompéridone, hydroxyzine, pipéraquine :

Risque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointe.

Citalopram, escitalopram :

Risque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.

Associations déconseillées :

Autres médicaments susceptibles de donner des torsades de pointe : antiarythmiques de classe Ia (quinidine, hydroquinidine, disopyramide) et de classe III (amiodarone, dronédarone, sotalol, dofétilide, ibutilide), et autres médicament tels que arsénieux, diphémanil, dolasétron IV, érythromycine IV, lévofloxacine, méquitazine, mizolastine, moxifloxacine, prucalopride, vincamine IV, spiramycine IV, toremifène, vandétanib :

Risque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointe.

Autres neuroleptiques susceptibles de donner des torsades de pointe (amisulpride, chlorpromazine, cyamémazine, dropéridol, flupenthixol, halopéridol, lévomépromazine, pimozide, pipotiazine, pipamperone, sulpiride, sultopride, tiapride, zuclopenthixol) :

Risque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointe.

Antiparasitaires susceptibles de donner des torsades de pointe (chloroquine, halofantrine, luméfantrine, pentamidine) :

Risque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointe. Si cela est possible, interrompre l’un des deux traitements. Si l‘association ne peut être évitée, contrôle préalable du QT et surveillance ECG monitorée.

Antiparkinsoniens dopaminergiques (amantadine, apomorphine, bromocriptine, entacapone, lisuride, pergolide, piribédil, pramipexole, rasagiline, rotigotine, ropinirole, selegiline, tolcapone) :

Antagonisme réciproque du dopaminergique et des neuroleptiques. Le dopaminergique peut provoquer ou aggraver les troubles psychotiques. En cas de nécessité d’un traitement par neuroleptiques chez le patient parkinsonien traité par dopaminergiques, ces derniers doivent être diminués progressivement jusqu’à l’arrêt (leur arrêt brutal expose à un risque de « syndrome malin des neuroleptiques »).

Alcool (boisson ou excipient) :

Majoration par l’alcool de l’effet sédatif de ces substances. L’altération de la vigilance peut rendre dangereuses la conduite de véhicules et l’utilisation de machines. Éviter la prise de boissons alcoolisées et de médicaments contenant de l’alcool.

Lévodopa :

Antagonisme réciproque de la lévodopa et des neuroleptiques. Chez le patient parkinsonien, utiliser les doses minimales efficaces de chacun des deux médicaments.

Méthadone :

Risque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.

Sodium (oxybate de)

Majoration de la dépression centrale. L’altération de la vigilance peut rendre dangereuses la conduite de véhicules et l’utilisation de machines.

Hydroxychloroquine

Risque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.

Associations faisant l’objet de précautions d’emploi

Bradycardisants (notamment antiarythmiques de classe Ia, bêta-bloquants, certains antiarythmiques de classe III, certains antagonistes du calcium, digitaliques, pilocarpine, anticholinestérasiques) :

Risque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.

Surveillance clinique et électrocardiographique.

Hypokaliémiants (diurétiques hypokaliémiants, seuls ou associés, laxatifs stimulants, glucocorticoïdes, tétracosactide et amphotéricine B par voie IV) :

Risque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes. Corriger toute hypokaliémie avant d’administrer le produit et réaliser une surveillance clinique, électrolytique et électrocardiographique.

Bêta-bloquants dans l’insuffisance cardiaque (bisoprolol, carvedilol, métoprolol, nébivolol) :

Risque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes. Surveillance clinique et électrocardiographique.

Effet vasodilatateur et risque d’hypotension, notamment orthostatique (effet additif).

Azithromycine, clarithromycine, roxithromycine :

Risque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes. Surveillance clinique et électrocardiographique pendant l’association.

Ciprofloxacine, lévofloxacine, norfloxacine

Risque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes. Surveillance clinique et électrocardiographique pendant l’association.

Lithium :

Risque d’apparition de signes neuropsychiques évocateurs d’un syndrome malin des neuroleptiques ou d’une intoxication au lithium.

Surveillance clinique et biologique régulière, notamment en début d’association.

Anagrélide

Risque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.

Surveillance clinique et électrocardiographique pendant l’association.

Ondansétron

Risque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes. Surveillance clinique et électrocardiographique pendant l’association.

Associations à prendre en compte :

Autres médicaments abaissant le seuil épileptogène :

Risque accru de convulsions.

Autres médicaments atropiniques :

Addition des effets indésirables atropiniques à type de rétention urinaire, constipation, sécheresse de la bouche…

Autres médicaments sédatifs :

Majoration de la dépression centrale. L’altération de la vigilance peut rendre dangereuses la conduite de véhicules et l’utilisation de machines.

Médicaments abaissant la pression artérielle

Risque de majoration d’une hypotension, notamment orthostatique.

Dapoxétine

Risque de majoration des effets indésirables, notamment à type de vertiges ou de syncopes.

Orlistat

Risque d’échec thérapeutique en cas de traitement concomitant par orlistat.

 

GROSSESSE ET ALLAITEMENT :

Grossesse

Le maintien d’un bon équilibre psychique maternel est souhaitable tout au long de la grossesse pour éviter toute décompensation. Si une prise en charge médicamenteuse est nécessaire pour assurer cet équilibre, elle doit être instituée ou poursuivie à dose efficace tout au long de la grossesse.

L’analyse des grossesses exposées n’a révélé aucun effet malformatif particulier de la fluphénazine.

Les nouveau-nés exposés aux antipsychotiques (dont fluphénazine.) pendant le troisième trimestre de la grossesse, présentent un risque d’événements indésirables incluant des symptômes extrapyramidaux et/ou des symptômes de sevrage, pouvant varier en terme de sévérité et de durée après la naissance. Les réactions suivantes ont été rapportées : agitation, hypertonie, hypotonie, tremblements, somnolence, détresse respiratoire, troubles de l’alimentation.

En conséquence, l’utilisation de la fluphénazine est possible quel que soit le terme de la grossesse et les nouveau-nés doivent être étroitement surveillés.

Allaitement

En l’absence de données sur le passage dans le lait maternel, l’allaitement est déconseillé pendant la durée du traitement.

 

POSOLOGIE, MODE D’ADMINISTRATION, FREQUENCE D’ADMINISTRATION ET DUREE DE TRAITEMENT :

Réservé à l’adulte.

Voie injectable intramusculaire profonde (muscle fessier).

Ne pas utiliser par voie intraveineuse.

On considère généralement qu’un malade stabilisé avec la fluphénazine orale doit recevoir toutes les 3 semaines une injection de FLUPHENAZINE DECANOATE PHARMA 5®   à une dose pouvant varier entre la moitié et la totalité de la dose quotidienne qu’il recevait par voie orale.

Si un malade est stabilisé avec l’oenanthate de fluphénazine, il pourra être traité avec FLUPHENAZINE DECANOATE PHARMA 5® à dose égale, seul l’intervalle entre les injections étant augmenté d’une semaine en moyenne.

La dose minimale efficace sera toujours recherchée.

Les posologies seront adaptées à chaque cas particulier, deux paramètres entrant en ligne de compte: la dose injectée et l’espacement entre deux injections successives. Ces deux paramètres s’influencent l’un l’autre et varient chacun en fonction de la nature de la psychose, de sa gravité et de son stade évolutif.

La posologie est variable, allant de 25 à 150 mg maximum; l’intervalle entre les injections est en moyenne de 3 à 4 semaines.

Les doses seront réduites chez les personnes âgées.

Comme pour toutes les solutions injectables à excipient huileux, il est recommandé d’utiliser des seringues en verre.

EFFETS SUR L’APTITUDE A CONDUIRE DES VEHICULES ET A UTILISER DES MACHINES :

L’attention est attirée, notamment chez les conducteurs et les utilisateurs de machines, sur les risques de somnolence liés à ce médicament, surtout en début de traitement.

 

EFFETS INDESIRABLES :

Les caractéristiques pharmacologiques de la molécule sont à l’origine d’effets indésirables d’inégale intensité et liés ou non à la dose.

Dès les faibles doses

Troubles neuropsychiques

• sédation ou somnolence, plus marquée en début de traitement

• indifférence, réactions anxieuses, variation de l’état thymique

• dyskinésies précoces (torticolis spasmodiques, crises oculogyres, trismus…)

• syndrome extrapyramidal :

– akinétique avec ou sans hypertonie, et cédant partiellement aux antiparkinsoniens anticholinergiques

– hyperkinéto-hypertonique, excito-moteur

– akathisie

• dyskinésies tardives, survenant surtout lors de cures prolongées. Ces dyskinésies tardives surviennent parfois à l’arrêt du neuroleptique et disparaissent lors de sa réintroduction ou à l’augmentation de la posologie.

Les antiparkinsoniens anticholinergiques sont sans action ou peuvent provoquer une aggravation.

Troubles endocriniens et métaboliques

• hyperprolactinémie : aménorrhée, galactorrhée, gynécomastie, impuissance, frigidité

• dysrégulation thermique

• prise de poids

• hyperglycémie, diabète, altération de la tolérance au glucose.

A doses plus élevées

Troubles neurovégétatifs

• hypotension orthostatique

• effets anticholinergiques à type de sécheresse de bouche, constipation voire iléus paralytique, troubles de l’accommodation, risque de rétention urinaire.

Rarement et dose-dépendant

Trouble cardiaque

• allongement de l’intervalle QT.

Plus rarement et non dose-dépendants

Troubles cutanés

• réactions cutanées allergiques

• photosensibilisation.

Troubles hématologiques

• agranulocytose exceptionnelle: des contrôles réguliers de la formule sanguine sont recommandés

• leucopénie.

Troubles ophtalmologiques

• dépôts brunâtres dans le segment antérieur de l’œil, dus à l’accumulation du produit, en général sans retentissement sur la vision.

Autres troubles observés

• positivité des anticorps antinucléaires sans lupus érythémateux clinique

• possibilité d’ictère cholestatique

• syndrome malin des neuroleptiques.

Par ailleurs, des cas isolés de mort subite d’origine cardiaque ainsi que des cas de mort subite inexpliquée ont été rapportés chez des patients traités par des neuroleptiques antipsychotiques à structure phénothiazinique, butyrophénone ou benzamide.

Des cas de thromboembolies veineuses, y compris des cas d’embolies pulmonaires ainsi que de thromboses veineuses profondes, ont été rapportés avec les antipsychotiques – fréquence inconnue.

Grossesse, puerpérium et conditions périnatales : syndrome de sevrage néonatal (voir rubrique grossesse et allaitement) – fréquence indéterminée.

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Elle permet une surveillance continue du rapport bénéfice/risque du médicament.

Vous pouvez déclarer les effets indésirables directement ou via le centre national de pharmacovigilance. En signalant les effets indésirables, vous contribuez à fournir davantage d’informations sur la sécurité du médicament.

 

SURDOSAGE :

Syndrome parkinsonien gravissime, coma.

Traitement symptomatique, réanimation sous étroite surveillance respiratoire et cardiaque continue (risque d’allongement de l’intervalle QT) qui sera poursuivie jusqu’à rétablissement du patient, en tenant compte de la longue demi-vie.

 

CONSERVATION :

A conserver à une température ne dépassant pas 25°C. Conserver l’ampoule dans l’emballage d’origine, à l’abri de la lumière. Ne pas mettre au réfrigérateur. Ne pas congeler.

Après ouverture : le produit doit être utilisé immédiatement.

CONDITIONS DE DELIVRANCE :

Liste I.

 

DATE DE REVISION  :

Août  2018

 

Pour toute autre information, s’adresser aux laboratoires Pharma 5 :

 Siège : 21, Rue des Asphodèles – Casablanca – Maroc

Site de fabrication : Zone industrielle, Ouled Saleh – Bouskoura – Maroc

Pharmacien Responsable :

Dr Yasmine Lahlou Filali